Épidémie du coronavirus de 2019-2020

De Wikonsult
(Redirigé depuis COVID)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La maladie à coronavirus 2019[1],[2], abrégée en COVID-19 (acronyme anglais signifiant Coronavirus disease 2019), parfois aussi nommée pneumonie de Wuhan, est une zoonose virale provoquée par le coronavirus w:fr:SARS-CoV-2 (ex 2019-nCoV)[3], responsable d'une épidémie ayant débuté fin 2019 dans la ville de w:fr:Wuhan, capitale de la province du w:fr:Hubei, en w:fr:Chine centrale.

Des scientifiques chinois ont par la suite isolé (puis cartographié et rendu disponible sa séquence génétique[4],[5]) un nouveau w:fr:coronavirus, le 2019-nCoV, qui s'est avéré être au moins 70 % similaire dans sa séquence génétique au w:fr:SARS-CoV.

Maladie nommée : w:fr:COVID-19

L'épidémie de maladie à coronavirus de 2019-2020 est une w:fr:épidémie qui commence vers le début du mois de décembre 2019, dans la ville de w:fr:Wuhan en w:fr:Chine centrale. Cette épidémie est causée par un w:fr:virus de la famille des w:fr:coronavirus, dénommé temporairement 2019-nCoV, puis officiellement w:fr:SARS-CoV-2[6]. La maladie a été temporairement appelée NCP (Novel Coronavirus Pneumonia), puis nommée officiellement COVID-19 (COronaVIrus Disease 2019) en anglais, ou maladie à coronavirus 2019 en français[7].

La transmission inter-humaine du virus est confirmée par l'OMS le 23 janvier 2020[8]. Sous réserve des incertitudes quant au nombre exact de patients et de victimes, le w:fr:taux de létalité est plus faible en comparaison avec celui des précédentes épidémies à coronavirus (environ 2,3 % au selon les chiffres de l'OMS[9]). Le taux de reproduction ou R0 (correspondant au nombre moyen d'individus qu'une personne infectieuse pourra infecter, tant qu'elle sera contagieuse) est estimé entre 1,4 et 2,5 d'après l'OMS[10].

Info Patients

5/4/20

  • "Comment vivez-vous ce qui se passe en ce moment ?"

14/3/20

19/5/20

  • Signes évocateurs COVID-19 (HCSP-30/04/2020) ::

signes infectieux (fièvre, frissons); signes classiques des infections respiratoires; asthénieinexpliquée;myalgiesinexpliquées; céphaléesen dehors d’une pathologie migraineuse connue; anosmieou hyposmie; agueusieou dysgueusie;

plus de 80 ans:altérationde l’état général; chutesrépétées; apparitionou aggravation de troubles cognitifs; syndromeconfusionnel; diarrhée; décompensationd’une pathologie antérieure;

enfants: en plus : altérationde l’état général; diarrhée; fièvreisolée chez l’enfant de moins de 3 mois;

En situation d’urgence ou de réanimation: troublesdu rythme cardiaque récents, atteintesmyocardiques aigües; évènementthromboembolique grave.

pseudo-engelures ne peuvent pas à ce stade être considérées comme un signe diagnostique du COVID-19.:


AUTO-ISOLATION; Demande de téléconsultation et prendre RDV Test PCR SRAS-CoV-2 rester à domicile et limiter au maximum tout contact social, y compris avec médecin traitant.


  • Contamination au coronavirus confirmée ou probable : auto-isolation (levable 48 h après la fin des symptomes?)
  • Exposition possible ou douteuse : Surveillez votre température 2 fois par jour ; Auto-isolation 14 j ?

• Surveillez l’apparition de symptômes d’infection respiratoire (toux, difficultés à respirer, essouflement…) ; • Porter un masque chirurgical en face d’une autre personne et extérieur; voir systématique extérieur pour certains épidémiologistes

• Lavez-vous les mains régulièrement (Savon) ou utilisez une solution hydro-alcoolique ; • Évitez tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgéeq>70 ans); • Évitez de fréquenter des lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées… : limitation en cours de visites) ; • Évitez toute sortie non indispensable (grands rassemblements, restaurants, cinéma…). • Travail études : dans la mesure du possible, privilégiez le télétravail et évitez les contacts proches (réunions, ascenseurs, cantine...) ; • Les enfants, collégiens, lycéens ne doivent pas être envoyés à la crèche, à l’école, au collège ou au lycée, compte tenu de la difficulté à porter un masque toute la journée.

  • En cas de signes d’infection respiratoire, donc possible d’infection par le w:SARS-CoV-2 :

Ne pas s’orienter vers les structures d’accueil des urgences afin d’éviter le contact avec d’autres patients. • Contacter PAR téléphone votre médecin (ou le Samu Centre 15 si sévérité ) en faisant état des symptômes et du séjour récent ou du contage possible • Évitez tout contact avec votre entourage et conservez votre masque.

• Ne pas se rendre chez son médecin traitant ou aux urgences; Appeler la secrétaire, ou le médecin pour évaluation de la situation; Prendre RDV de téléconsultation selon besoins.

  • Pour les consultations non déconseillées, y aller avec un masque.
  • Si malencontreusement vous identifiez y être à risque : demandez un masque et une évaluation immédiate.


  • Ne pas se serrer la main
  • Distance de 1 m entre personnes[12]
  • Se laver souvent les mains, après travail, après transports, retour domicile
  • Éviter de se toucher visage, yeux nez bouche.
  • Soins : Masque chir pour bas risque et limiter la transmission.

FFP2 pour plus hauts risques puis soignants toute la journée, à changer toutes les ... Lunettes ?; coiffe ?, blouse ?

  • Éviter lieux fréquentés, rassemblements[13]
  • Autoisolation des personnes infectées ayant syndrome grippal typique, voire signe infectieux légers ?

Covid19 forme prolongée ?

Description à partir d'observations (Pas d'étude scientifique sur ces cas pour le moment...) :

De nombreux patients témoignent de forme prolongée (plusieurs mois) suite à une infection initiale à coronavirus, avec des symptômes persistants de manière intermittente ou par récurrence. Parmi eux, également des patients "ambulatoires", "forme bénigne", sans hospitalisation initiale et ne faisant pas parti des patients à risque de forme grave. Les symptômes s'atténuent en général avec le temps, mais persiste plusieurs mois et reste parfois invalidant au quotidien, lors d'un l'effort par exemple. Ces patients ne présentent souvent pas d'anomalie parmi les examens complémentaires "usuels" (bilan sanguin, scanner thoracique ...).

Témoignages notamment sur les réseaux sociaux :

  • Twitter (#apresJ60)
  • Facebook, plusieurs groupes de soutien en France et aux Etats-Unis (Soutien Covid19 de J1 à #apresJ60, Covid-19 Support Group)

AT indemnités journalières


Dans le cadre des mesures de prévention visant à limiter la propagation du coronavirus, les pouvoirs publics ont mis en place un dispositif dérogatoire permettant aux personnes présentant un risque de développer une forme grave d'infection de bénéficier d'un arrêt de travail à titre préventif. Le champ des pathologies concernées a été défini par le Haut Conseil de la Santé Publique dans un avis rendu le 14 mars 2020 :

AMELI autorise DNID, BPCO graves, 3e trimestre de grossesse, etc..

Confinement Déconfinement Déplacements

  • A limiter au maximum quand il y aura le déconfinement; Privilégier télétravail; Interrégion serait restreint..
  • Confinement

Voyages

Reprise du travail

Le conflit entre risque sanitaire personnel et collectif se heurte aux difficultés financières individuelles ou aux pressions politiques.

  • Les procédures de tests largement disponibles ne sont pas encore en place fin Avril

Survie Virus

Discutée: serait très variable

Médicaments Chloroquine Azithromycine..

conseil scientifique

OMS

Numéro Vert

📞 N° vert 0 800 130 000 (appel gratuit de 9h à 19h) : plateforme d’information #Coronavirus

Stratégies

3 rechercher, 4 Atténuer les effets de l'épidémie; renforcer le système de soins https://www.bbc.com/news/uk-51486131

  • Dire la vérité et prévenir le public; Limiter les déplacements; contraintes..:

https://www.theguardian.com/world/2020/mar/03/four-lessons-the-spanish-flu-can-teach-us-about-coronavirus


Traitement

  • Des évènements indésirables graves liés à l’utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens AINS ont été signalés chez des patients atteints de COVID19, cas possibles ou confirmés. Le traitement d’une fièvre mal tolérée ou de douleurs dans le cadre du COVID19 ou de toute autre virose respiratoire repose sur le paracétamol. Les AINS doivent être proscrits.
  • A l’inverse, les patients sous corticoïdes ou autres immunosuppresseurs pour une pathologie chronique ne doivent pas interrompre leur traitement, sauf avis contraire du médecin qui les suit pour cette pathologie.
  • Patient présentant une anosmie brutale sans obstruction nasale :

Ne pas traiter par corticoïdes inhalés ou per os et les lavages de nez sont décommandés, ils pourraient favoriser la dissémination virale ?

  • Au 23 mars 2020, on ne dispose pas de résultats d'essai pertinent montrant une éventuelle efficacité de l'hydroxychloroquine associée ou non avec l'azithromycine.
  • Des résultats d'un essai randomisé n’ont pas montré d'efficacité de l'association lopinavir + ritonavir en cas de covid-19 sévère.
  • REMDESIVIR controversé entre étude Lancet négative et résulats partiels aux EUA qui seraient favorables, non publiés le 2/5/20
  • Quelle que soit la situation, en cas d'expérimentation, les patients (ou leur entourage) ont à être informés des incertitudes, y compris quant au risque d'aggravation de la maladie tant que cet aspect n'a pas encore été évalué. Il est souhaitable que toute expérimentation soit effectuée dans un cadre de recherche avec protocole, collecte des données, interprétation prudente.

En pratique, pour chaque patient, l'efficacité, hypothétique, est à mettre en balance avec les effets indésirables déjà connus et prévisibles du médicament proposé, en tenant compte aussi d'éventuels effets défavorables sur l'infection. Sans oublier les interactions avec les autres médicaments pris par le patient.

Prescrire : https://www.prescrire.org/fr/203/1845/58597/0/PositionDetails.aspx.

  • Compte tenu de l’absence de preuves scientifiques solides de l’efficacité de l’hydrochloroquine et de ses effets indésirables cardiaques rares mais graves, le conseil scientifique du CNGE recommande aux médecins généralistes de ne pas prescrire ce médicament en ambulatoire. Cette prescription serait contraire à l’éthique médicale car le risque (connu) est potentiellement supérieur à l’efficacité (non établie) dans une population ambulatoire qui guérira spontanément dans plus de 80% des cas. En l’état actuel des connaissances, l’utilisation de l’hydroxychloroquine doit être réservée aux essais thérapeutiques correctement menés pour en évaluer la balance bénéfices/risques.

CNGE : https://www.cnge.fr/conseil_scientifique/productions_du_conseil_scientifique/covid_19_y_t_il_une_place_pour_lhydroxychloroquine/

NHS

Prévention

Liens




Biblio

Durée excrétion virus

MUNS, Ecrans anti-postillons, Masques artisanaux, faits maison

Masques à usage non sanitaire (MUNS) :

Critiques

Prévisions

Localisation de la mortalité par Covid-19

Différents pays ont une évolution de la proportion de morts dans la population très similaire à partir du dépassement du seuil de 5 morts pour 10 millions d'habitants, chiffres issus du site Worldometer[17].

Proportions de morts dans la population de différents pays
Evolution de la proportion de morts du Covid-19 dans la population de multiples pays en jours depuis que ces pays ont dépassé le seuil de 5 morts pour 10 millions d'habitants, mis à jour 26 mars 2020[18].

Pour Wuhan, les chiffres de la Chine ont été rapportés à la population de Wuhan.

Cartes


Suites séquelles au long terme, prospective

évolution ou non vers des pathologies chroniques ? des fibroses pulmonaires par exemple ?

https://www.ebmfrance.net/pages/display.aspx?ebmid=ebm00136

Faut-il faire une TDM Haute Résolution : diagnostic ? mais dans quel délai ? et / ou médicolégal

EFR ?

multidisciplinaire avec les pneumos voire internistes

autres séquelles neuro psy fatigue chronique : https://www.huffpost.com/entry/coronavirus-long-term-effects-on-the-body_l_5e9a0017c5b6ea335d5b3cf3

Retour subjectif d'expérience Alsace

19/3/20 IDE

Echange d’expérience sur la gestion du COVID avec des MG d’Alsace Réunion téléphonique avec des médecins d’Alsace le 19/03/20 qui nous ont fait part de leur expérience.

Ils estiment en être à la 3ème semaine d’évolution épidémique avec une accélération extrêmement rapide en début de cette semaine.

Les observations ci-dessous sont issue de leur propre expérience « à chaud » et ne sont pas toutes basées sur les preuves scientifiques (souvent non disponibles à ce jour ). Beaucoup de choses relèvent de la débrouille étant donné notre manque criant de moyens et d’équipement

Hygiène - Consulter avec blouse +/- surblouse jetable +/- pyjama de bloc (selon les moyens du bord). Port de gants à changer après chaque COVID. - Attacher les cheveux / raser la barbe (étanchéité masque FFP2 si il y a) - La tenue de consult du jour reste au cabinet ainsi que la paire de chaussure spécifique. Avoir un change « propre » au cabinet + chaussure pour se changer avant de rentrer chez soi. - Douche en rentrant chez soi +++ - Mettre tout le matériel de la consultation (stétho, thermomètre, otoscope) soit dans un bac de désinfection, soit dans un évier et pulvériser avec un spray désinfectant (surfanios / a défaut spay salle de bain chlorés). (- Certains médecins passent les masques FFP2 au sèche-linge pour les réutiliser : déconseillé en fait par scientifiques) - Aucune visite à domicile COVID : excrétion +++ du virus par les contaminés. Risque d’être contaminés très important en pénétrant dans un domicile COVID. - Eviter autant que possible de prendre la TA surtout si brassard tissus non (TA peu discriminante). - Les patients doivent insérer eux même leur CV ou leur CB dans les lecteurs sans rien toucher.

Observations sur les symptômes Débute souvent par des céphalées, picotements dans le nez.

Signe très fréquent et inhabituel dans les sd grippaux : anosmie, sensation d’oppression thoracique.

Pas beaucoup de fièvre, souvent des asthénies et des « sensations fébriles ». Quand présente la fièvre est fluctuante selon les jours.

Dans la grande majorité des cas l’examen clinique est strictement normal (TA, sat et ACP)

L’aggravation est très brutale sans signes précurseurs identifiés, même si tous les paramètres sont au vert dans les heures précédentes. Ce qui pose la question de l’intérêt d’examiner les patients les moins graves. L’aggravation a souvent lieu autour de J7 d’où la nécessité d’une réévaluation téléphonique.

Impression d’une extinction des autres types de pathologies infectieuses comme si le COVID prenait toute la place / plus de pneumopathies ou d’otites en consultation.


Organisation pratique :

La première semaine ils ont vu quelques patients avec des symptômes peu graves et peu inquiétants (cf supra) qu’ils n’identifiaient pas comme COVID les premiers jours.

La semaine suivante les cas ont commencé à affluer et ils ont essayé de regrouper les cas de COVID sur les mêmes plages horaires pour gagner du temps de désinfection.

3ème semaine : lundi submergés par la vague. Impossible de gérer l’afflux de patients. Des dizaines d’appels par tranche de 20 min. Ont décidé d’arrêter de recevoir les patients COVID. Gèrent toutes les demandes par téléphone / Pas de téléconsult pour eux. Possibilité de coter des téléconsult quand même sur les logiciels médicaux. Acte à 100% (code exo)

Les 15 premiers jours ils ont réajusté leur processus en permanence pour s’adapter à l’épidémie. Tout le quotidien du cabinet est perturbé. Besoin d’une grande flexibilité.

Exemple d’organisation mise en place :

1) Les patients appellent le secrétariat qui laisse un message écrit avec un résumé de la demande (permet un premier tri, élimine les demande d’AT injustifiée, les renouvellements…). Pas possible de passer directement les appels vu le flux.

2) Les patients évocateurs de COVID sont rappelés et interrogés selon le screening d’interrogatoire recommandé par la DGS. Les patients dyspnéique s’entendent au téléphone.

🡪 Symptômes bénins : Arrêt de travail et ordonnance envoyé par mail au patient voire directement à la pharmacie (éviter le contact avec le papier / éviter que les gens rentrent dans le cabinet médical). Feuille de consignes de confinement envoyée.

🡪 Signes de gravité (dyspnée à la parole +++) : si modérés et ne nécessitant pas une intervention SAMU : consultation au cabinet médical. Ecouter son intuition / alarme « bidale ». Si le patient est trop mal pour se déplacer 🡪 SAMU (pas de VAD). Cabinet médical fermé à clef. Les patients sonnent : accueil en tenue de protection (avec les moyens du bord). Pose du masque chirurgical par le professionnel car mal mis par les patients. Examen clinique à minima. /!\ Aucun examen ORL ! En pratique ne voient physiquement plus que 2-3 patients COVID par jour (!!!), tous les autres sont gérés par téléphone.

3) Réévaluation téléphonique des tous les patients (même pas graves) à J7. Certains médecins leur demandent de donner des nouvelles par mail, d’autre de rappeler (mais saturation téléphonique).

Sont très sceptiques sur les centres d’accueil COVID mis en place en Occitanie. Pensent que lorsque la vague sera là, impossible de continuer à recevoir en consult les COVID. Pensent que c’est suicidaire d’envoyer les IDE réévaluer les patientes au domicile.

N&R

  1. Flambée de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) who.int, consulté le 18 février 2020
  2. (en) « Novel Coronavirus (2019-nCoV) Situation Report – 22 » [PDF], sur who.int, Organisation mondiale de la santé, (consulté le 11 février 2020) : Following WHO best practices for naming of new human infectious diseases, which were developed in consultation and collaboration with the World Organisation for Animal Health (OIE) and the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO), WHO has named the disease COVID-19, short for “coronavirus disease 2019.”, p. 1.
  3. (en-GB) « Coronavirus disease named Covid-19 », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 11 février 2020)
  4. https://www.scmp.com/news/china/society/article/3046233/wuhan-pneumonia-how-search-source-mystery-illness-unfolded
  5. https://www.sciencenews.org/article/what-we-know-about-new-virus-causing-pneumonia-outbreak-china
  6. « Cas de pneumonies associées à un nouveau coronavirus (2019-nCov) à Wuhan, en Chine », sur www.santepubliquefrance.fr (consulté le 26 janvier 2020).
  7. Flambée de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) OMS, consulté le 18 février 2019
  8. (en) « Statement on the meeting of the International Health Regulations (2005) Emergency Committee regarding the outbreak of novel coronavirus 2019 (n-CoV) on 23 January 2020 », sur www.who.int (consulté le 26 janvier 2020).
  9. (en) « Novel Coronavirus (2019-nCoV) situation reports », sur www.who.int (consulté le 10 février 2020).
  10. (en) « Statement on the meeting of the International Health Regulations (2005) Emergency Committee regarding the outbreak of novel coronavirus 2019 (n-CoV) on 23 January 2020 », sur www.who.int (consulté le 9 février 2020)
  11. (en) https://www.facebook.com/bbcnews, « Social distancing may be needed for ‘most of year’ », sur BBC News (consulté le 20 mars 2020).
  12. « Nouveau coronavirus (2019-nCoV): conseils au grand public », sur www.who.int (consulté le 28 février 2020).
  13. « Coronavirus Covid-19 : la Suisse interdit tous les grands événements en raison de l'épidémie », sur Franceinfo, (consulté le 28 février 2020).
  14. (en) Dr Faye Kirkland, « Doctors urge conversations about dying from virus », sur BBC News (consulté le 21 mars 2020).
  15. (en) bbcnews, « Measures to contain coronavirus stepped up », sur BBC News (consulté le 25 février 2020).
  16. « Appel au Président de la République pour le confinement total de la population. - ISNI », sur ISNI, (consulté le 20 mars 2020).
  17. (en) « Coronavirus Update (Live): 536,746 Cases and 24,117 Deaths from COVID-19 Virus Outbreak - Worldometer », sur www.worldometers.info (consulté le 27 mars 2020)
  18. Corentin Barbu, « Analyse jour par jour de la pandémie de Covid-19 (coronavirus SARS-CoV-2) », sur https://ecosys.versailles-grignon.inra.fr/SpatialAgronomy, (consulté le 27 mars 2020)